Le sac à sons

, par Sylvain BUTTARO

 Le constat


De nombreux enseignants ont dans leurs armoires des "instruments de percussion" souvenir d’un projet antérieur ou d’une commande "au cas ou" et la question récurrente est : "Que peut on faire avec ces instruments : triangle(s) maracas, clave(s) tambourin(s), wood-block(s) etc… Invariablement les réponses sont… Combien en avez vous ? Savez vous en jouer ? Quelle classe est concernée ? Et enfin… pour quoi faire… pour quel objectif ?

En effet de nombreux problèmes se posent. Jouer de ces instruments "simples" (!), demande en effet une technicité certaine. Les claves demandent à "creuser" une des mains pour faire un petit résonateur sous une des claves, tout en ne se tapant pas sur les doigts avec l’autre, sinon l’on peut couper deux morceaux de "vil bois" le résultat sera le même pour beaucoup moins cher, mais ce n’est pas le but ! Faire résonner un triangle est assez simple… jouer un rythme avec ce dernier se révèle bien plus compliqué. On ne parle pas des maracas, qui demandent une souplesse du poignet, du coude, de l’épaule. Quant au tambourin avant de pouvoir (éventuellement) en jouer il faut espérer que ceux de notre "trésor" ont encore une peau en bon état. Mais non je ne noircis pas le tableau, c’est du vécu !…

 Que faire alors ?

Ces instruments ainsi que les "toms", "guiro", "carillons", sont les survivants de la méthode Carl Orff du nom du compositeur de "Carmina Burana" qui a donné son nom à cette "pédagogie active" permettant aux enfants de s’impliquer réellement dans leur apprentissage musical !

Si sur ses fondements et ses applications, la méthode témoigne d’un essai de changement de paradigme dans l’enseignement musical des années 1950, en revanche la formation des enseignants à cette technique particulière est fondamentale et indispensable. Donc en dehors d’utiliser tout ce matériel pour faire des "tchikitchi" des "boum boum" et des "ding ding", tournons nous tout d’abord vers autre chose !…

 Hors la pulsation point de salut ?

Un autre point important et non des moindres, se base sur la croyance que "qui dit percussion dit pulsation". La pulsation est cet élément qui permet de marcher "en rythme", de frapper dans les mains tous ensemble etc… Rien n’est moins vrai… en effet si les enseignants ont souvent en tête les batucadas du Brésil (même sans vouloir atteindre cette "technicité") ou les rythmes de Guem… tout autre chose est possible !

ON PEUT JOUER DES PERCUSSIONS MONTER UN ORCHESTRE DE "SONS" SANS POUR AUTANT DANS UN PREMIER TEMPS (?) RESTER PRISONNIER DE LA PULSATION… EXEMPLE

On peut donc créer des "ambiances sonores"… et c’est tout un univers qui s’ouvre !… "La" pulsation peut même naître "spontanément"… si si !… (Cf plus bas lors de la séance 2)

 Le "Sac à sons"

Cette progression propose d’entrer dans la percussion par un autre chemin qui aura divers avantages tant au niveau des enfants que de l’enseignant… le porte-monnaie y gagnera également !…

 Phase 1 : La récupération / le stockage

- Récupérez chez vous ou ailleurs, tout objet qui ne sert plus, qui peut faire du son sans être dangereux à manipuler !… C’est tout simplement presque infini !… On évite bien évidemment les objets trop encombrants et trop lourds (dans un premier temps !…)

- Cette collecte peut être complétée par des objets amenés par les enfants et recueillis suivant les même critères… La phase 2 ne débute que lorsqu’un nombre assez important d’objets (3 fois le nombre d’élèves ?) est récolté. On veillera à ce que ne se trouve pas un même objet en grand nombre… par exemple 10 boites à café identiques…

 Phase 2 : La progression

Un seul impératif pour les deux premières séances (hélas ?)… travailler en demi-groupe classe.

 Séance 1

Il faut donc prévoir ces deux premières séances lors d’un partage de la classe : Bibliothèque en demi classe ? Atelier ? Récréation (Aïe !…) ?… Un lieu autre que la classe peut être souhaitable.

Déroulement
- Le demi groupe est en cercle et sont déposés au centre les objets récupérés.

-  introduction de l’enseignant(e) : Aujourd’hui nous allons commencer à constituer un orchestre de percussions… Cet orchestre nous servira à illustrer des poèmes, des contes, à accompagner des chants, à raconter des histoires, etc… mais pour former un orchestre il faut des musiciens et il faut que les musiciens aient un instrument !…

-  Consigne : "Vous allez choisir un objet et vous allez chercher tous les sons que vous pouvez faire avec…"

- On comprend ici la nécessité du demi groupe dans cette phase exploratoire… place importante nécessaire et niveau sonore important !
Les enfants vont donc pouvoir se déplacer et explorer… sous l’oreille et l’œil attentif de l’enseignant ne pas trop "brider"… éviter les débordements… pédagogie pédagogie…

- Au bout d’une minute maximum on revient se placer en cercle.

-  Consigne en s’adressant à un des enfants : "Tu peux nous faire entendre les sons que tu as trouvé ?"

- L’enfant fait écouter les quelques sons puis c’est au tour du suivant etc…

- Au bout de quelques enfants on se rend compte que ces derniers montrent leurs sons tout en explorant à nouveau en fonction des découvertes de ceux qui les ont précédés : Geste auxquels ils n’avaient pas pensé etc… une seconde phase plus approfondie de découverte est donc nécessaire…

-  Consigne : "Je vois que vous avez peut-être de nouvelles idées… allez vraiment chercher tous les sons que peut faire cet objet…"

- Attention avant cette deuxième phase exploratoire l’enseignant doit permettre à certains enfants de changer d’objet… l’attirance visuelle lors du premier choix aura peut-être révélé une pauvreté de sons possibles, ou le goût esthétique de l’enfant pourra ne pas avoir été "comblé" par ce choix… En revanche le second choix est "définitif". Rester "bloqué" sur ce second objet n’est pas très grave, en effet l’objectif de cette progression étant entre autres d’affiner la perception auditive des enfants, ces derniers pourront avoir 5 à 6 objets "personnels" en fin de progression, voire plus. Donc si un de ces objets est moins"aimé" que les autres…

- Au bout d’une minute maximum on revient se placer en cercle et l’on finit le tour de classe des sons découverts… Chaque enfant aura donc pu faire partager "ses" sons et découvrir ceux des autres.

-  Consigne : "Maintenant nous allons commencer à apprendre à jouer de la musique ensemble… je vais jouer le chef d’orchestre. Aujourd’hui c’est moi, mais au fur et à mesure certains d’entre vous pourrons prendre ma place. nous en reparlerons… Pour le moment, regardez moi, mes mains vont vous dire vous pouvez faire du son (mains ouvertes) vous devez arrêter le son, faire du silence (mains fermés)

- Ce moment est très important. Au-delà d’être la "séquence de fermeture et de retour au calme"… elle permet à l’enseignant de commencer à mettre en place un "vocabulaire" gestuel de chef d’orchestre (codage) et aux enfants de décoder et de traiter ces informations à bon escient.) Pour le premier jour, rester sur "du son / pas de son" les séances suivantes permettront de jouer sur bien d’autres paramètres… allons pas à pas…

-  Consigne : "L’orchestre à fini de jouer… chaque musicien conserve son instrument et en prend soin !")

- Bien entendu il est possible voire obligatoire que chaque élève ait un "sac" où conserver son et bientôt ses instruments. En effet… une fois cet objet choisi… il est primordial que l’enfant le conserve… c’est "son" instrument…

On se rend compte ici de l’importance d’avoir pré-sélectionné des objets "pérennes"… en effet si une feuille de papier, une bouteille de plastique (eau minérale) peuvent fournir des sons très typiques… cet instrument aura tôt fait de se "détériorer" dans le "sac personnel"… même sans être "joué"… Nous reviendrons sur ces "instruments éphémères plus loin…

- Reproduire la première séance avec le second demi groupe !…

 Séance 2

Dans cette séance 2 objectifs primordiaux qu’on pourrait trouver dans de nombreuses autres disciplines :
- affiner son / ses gestes, être attentif à soi
- écouter / être attentif à l’autre

Les enfants "récupèrent" leur instrument et sont en cercle… on peut commencer la séance par un rappel du jeu en orchestre comme un "mise en condition" de l’écoute et de l’attention : … du son… pas de son… et toujours les geste du "chef"

-  Consigne : "Votre instrument peut produire de nombreux sons différents. Vous allez en choisir un et le reproduire toujours de la même manière… il faut que le son soit toujours le même. Vous pouvez aller essayer n’importe où dans la salle.")

- Les enfants vont donc essayer de reproduire le plus fidèlement possible le même son, toujours le même. De ce fait il vont contrôler au mieux leur geste, éliminer pour cela les gestes et sons plus difficilement contrôlables de type "laisser "tomber l’objet". De même les objets par trop déformables vont monter là leurs limites (les bouteilles en plastique les feuilles de papier…). C’est une des caractéristiques principales d’un instrument de musique… pouvoir à la demande reproduire un son précis sous le geste du musicien… à geste identique son identique (enfin on l’espère). Ce qui est le plus important dans cette recherche c’est que ce sont les enfants eux-même qui créent, contrôlent et vont maîtriser ce/ces gestes !…

- On regroupe les enfants

-  Consigne auprès d’un des enfants : "Tu nous fait écouter ce son s’il te plait"

- Bien évidemment on espère que cette démonstration se fera dans l’écoute des autres camarades. leur tour va bientôt venir.

- On va alors se rendre compte que pour "reproduire" un son le plus fidèlement à lui-même, la régularité du geste est primordiale… chaque enfant va donc "naturellement" produire une série de sons régulièrement espacés à un tempo plus ou moins lent ou rapide… suivant le son à produire… on obtient alors une "pulsation" sans l’avoir demandé… magique !…

- À ce stade là vous allez pouvoir remarquer (sûrement) la finesses du geste l’attention et la concentration de "l’enfant instrumentiste" et dans la plupart des cas… le silence et l’écoute attentive des autres enfants…

-  Consigne auprès d’un des enfants : en prenant soin de désigner alors 2 ou 3 enfants dont les objets ont des volumes sonores assez proche… "Vous nous faites écouter vos sons, ensemble , s’il vous plait"

- Là on commence à travailler le "jouer ensemble" être attentif à son son, à son geste, tout en entendant ses camarades… au bout de quelques instants… le geste se fait plus "machinal" et l’écoute de l’autre plus attentive…

- Ainsi de suite jusqu’à ce que chaque enfant ait pu "montrer" son geste et faire écouter son son.

- On finit cette séance par

-  Consigne : "Maintenant nous allons continuer à apprendre à jouer de la musique ensemble… je vais jouer le chef d’orchestre. Souvenez vous, mes mains vont vous dire vous pouvez faire du son (mains ouvertes) vous devez arrêter le son, faire du silence (mains fermés), on va même pouvoir jouer fortement et faiblement

_Il faut donc que chaque enseignant trouve ses "gestes"
- "du son"
- "pas de son"
- "fort"
- "faible"

- Reproduire la seconde séance avec le second demi groupe !…

- À partir de là les séances peuvent se mener en grand groupe classe… "ouf" !…

La suite très bientôt !…