Le rythme… pour les "nuls" !

, par Sylvain BUTTARO

Qui ne s’est pas essayé à un séance de "rythme en réponse" et n’en est pas sorti au bout de la deuxième ou troisième fois avec un furieux sentiment, au mieux, de tourner en rond, au pire de se dire… "Je suis vraiment nul en rythme !…" Et bien non… même pas vrai !…

 La séance dite "habituelle" !… à bannir…

La séance se déroule généralement de la manière suivante :
- 1/ L’enseignant frappe un rythme
- 2/ Les élèves le reproduisent
- 3/ On passe au rythme suivant
- 4/ Etc…

Sauf qu’au bout du 7° ou 8° rythme…
- soit on "tourne en rond"
- soit on passe la main à un enfant qui ne sait trop quoi en faire…
- soit on arrête tout dépité jusqu’à la "prochaine" (peut-être !)

 Alors, comment s’en sortir ?

Comment sortir de manière très simple…voire simpliste… de ce véritable cauchemar ?
Si je suis le raisonnement il y a fort à parier que
- Vous avez frappé ces rythmes dans vos mains
- Les rythmes proposés se sont complexifiés de 3/4 impacts à 7/8 voire plus

Pour s’en sortir, il faut tout à la fois simplifier… et complexifier !…
- Simplifier le nombre d’impacts
- Varier les lieux d’impacts

Avantages ? Préparation plus que minimum… effet et développements infinis…

 Progression

Voici donc une proposition de progression !… à mettre entre toutes les mains et à n’importe quel âge… les réponses des "petits" seront plus maladroites quant à démarrer et finir ensemble, rester ensemble sur un pulsation commune, mais elles seront valides tout de même… et respecteront dans la quasi majorité des cas la consigne de départ…

Quelle consigne ? à vous de voir… "Faites pareil que moi ! etc…" "Mais après moi…" etc…

 Première séance

Ne frappez que 2 coups et seulement 2 coups à chaque proposition… mais les frapper ailleurs que "uniquement" dans les mains : exemple.
- 1° coup, main contre main / 2° coup, main contre main (le "classique" !)
- 1° main contre main / 2° une main contre une épaule
- 1° main contre tête / 2° une main contre un coude
- 1° main contre poitrine / 2° une main contre la joue
… la liste est infinie… varie sans cesse… mais toujours sur 2 coups uniquement !…
On peut également varier ces "impacts" grâce à
- Frotter au lieu de taper
- Frapper avec le pied
- Frapper ailleurs que sur le corps
- Émettre un son avec la bouche à la place d’un impact…
- Etc…
Attention… ne brûlez pas toutes vos cartouches dès la première séance… rusez… rusez…
Bien évidemment si vous demandez maintenant à un élève de donner lui-même un exemple… les paramètres de départ sont tellement tout à la fois contraints et variables qu’il n’aura aucun mal à trouver… et vous éventuellement à "corriger" (si c’est par exemple trois coups qui sont "donnés"… c’est hors consigne … 2 coups seulement !…

Attention des séances courtes… ne jamais arriver à l’ennui… 4/5 min 7/8 maximum

 Deuxième séance

De nombreux enseignants se disent… "Super à la deuxième séance on passe à trois coups !…"
Et bien non… "On" va rester toujours sur deux coups… mais frappés cette fois ci plus rapidement… On introduit donc ici la notion de variation de tempo… qui est une notion essentielle du rythme… De plus la "mobilisation corporelle" est tout à fait différente…
Pour le reste la séance se déroule de la même manière que la première !…

 Troisième séance

De nombreux enseignants se disent une fois de plus… "Super ! Deux séances à 2 coups… on passe à trois coups !…"
Toujours pas… vous avez deviné ? On ralenti cette fois ci les deux impacts… Cela va modifier une fois de plus en profondeur… la gestuelle que l’on va pouvoir amplifier…

 Quatrième séance

Et bien… on mélange les frappés rapides, lents, moyens… ou bien l’on introduit d’autres manières "d’impacter"… frotter, pied, objet… que l’on avait pas abordé jusque là !…

 Cinquième séance

Enfin trois coups… (là c’est pour de bon…)
Un univers entier s’ouvre !… réfléchissons autant "deux" ne peut s’organiser qu’en 1 + 1 avec toutes les variations possibles… autant "trois" peut s’organiser d’au moins trois manière différentes
1 + 1 + 1.......poum..................poum..................poum
1 + 2.............poum..................poum poum
2 + 1.............poum poum.........poum

On peut même aborder la commutativité de l’addition !… 1 + 2 = 2 + 1 en maths… pas en musique !…

 Et ensuite

À partir de ce stade, tout dépend de vos objectifs, mais suite à un travail fouillé
- sur "2 impacts", médiums, rapides, lents
- sur "3 impacts", 1+1+1, 2+1, 1+2 / médiums, rapides, lents
- sur mains / pieds / objets / frottés / frappés / grattés…
- sons, phonèmes, syllabes (avec la voix… bien entendu !)
…vous pouvez ensuite ajouter des 2 et des 3 pour faire des 4 des 5 etc… rien ne vous arrête plus !…

On peut aussi modifier les volumes
- forts
- faibles
- mélange de forts et de faibles
- un impact peut même être un impact silencieux "mimé"
… mais toujours progressivement et sans laisser personne au bord du chemin et en passant le plus souvent possible la main aux enfants comme "pourvoyeur d’exemples"…

On peut mener cette activité à des moments prévus et programmés ou simplement pour "souffler un peu" ramener la concentration et…
On peut le mener en classe entière ou en demies-classe dans le style… exemple du "meneur" qui peut être le Maître ou un élève… réponse du premier groupe réponse du second groupe… 
On peut multiplier le nombre de groupes, pas trop… et surtout progressivement et en fonction de l’âge des enfants… en effet se répondre en groupe nécessite de rester sur une pulsation commune… donc à n’attaque qu’avec parcimonie et pas avant le CP !…
dès que les élèves peuvent rester tout au long de l’activité sur une pulsation commune… on peut mener cette activité en se déplaçant… prélude à une déambulation carnavalesque par exemple…

 Mais encore…

Vous pensez avoir fait le tour ?
Attention si vous voulez passer à 4… rien de plus simple, mais ne pensez pas le 4 comme "4" mais comme 2 + 2… Vous pensez que c’est la même chose ?
Alors si c’était le cas, pourquoi groupons nous les chiffres d’un numéro de téléphone par groupe de 2… parce que cela permet une meilleure mémorisation alors quand vous allez donner votre exemple de "4" pensez plutôt à donner un exemple de "2 + 2" vous verrez… ça change tout
5 ? = 3 + 2 ou 2 + 3
6 ? = 3 + 3
Etc… l’univers des rythmes est à vous !…

Si l’on croise cette progression avec celle du "Sac à son" on peut alors arriver à "percuter" avec des objets de tous les jours… Attention un objet "extérieur à soi" est très souvent bien plus difficile à maîtriser que son propre corps et ce n’est déjà pas si simple !…)